Notre voyage au coeur de la Big Apple du 18 au 26 septembre 2005 - par Noosymer

Un article de WikiNYC, l'encyclopéde libre.

Sommaire

Dimanche 18 :

Il est 18h00, heure locale soit minuit heure française, et l’avion se pose enfin sur la piste de l’aéroport JFK après 9 heures de vol. Nous voilà enfin arrivés à NYC. Le voyage s’est plutôt bien passé, et le temps passe assez vite tout compte fait. L’avion s’immobilise, terminus tout le monde descend. Les gens sont plutôt pressés de sortir de l’avion et nous décidons donc d’attendre que ça se calme un peu. Ca y est, on peut enfin sortir, il n’y a quasiment plus personne dans l’avion.

On se dirige donc vers la douane pour passer les formalités. Première surprise, comme on est dans les derniers a être sorti de l’avion, il y a déjà une queue monstre et on se retrouve dans les dernier à passer. Nous prenons donc notre mal en patience, de toute manière on n’a pas trop le choix!! La fatigue est là mais l’excitation nous tient éveillé. Cette fois-ci c’est enfin notre tour. Nous nous avançons donc vers le douanier et on sort les passeports. Il commence à nous poser des questions, et au début on comprend tout. Trop facile l’anglais. C’est après que les choses se corsent, il commence à s’enflammer et à parler à toute vitesse. On s’est peut être réjoui un peu trop vite. Comme on ne comprend pas tout, on lui demande de répéter mais ça n’a pas l’air de lui plaire et il commence à s’énerver et à hausser la voix. Finalement, après quelques minutes difficiles avec les douanes, on nous autorise enfin à passer. Le premier contact fut quelque peu difficile mais on était au courant qu’avec les douaniers c’était souvent le cas ! Maintenant direction les tapis roulant pour récupérer nos bagages, et nous voilà dehors.

Nous cherchons la navette qui nous emmènera à l’hôtel. Nous avions réservé à l’avance donc, ça ne devrait pas poser trop de problèmes. Juste à côté de la sortie, un type nous demande où on veut aller. On lui explique, et il nous dit qu’il peut nous y emmener. Nous nous dirigeons donc vers l’arrêt de bus et nous attendons qu’il arrive. Là, le type qui vend les billets pour le bus, un black super sympa, nous informe qu’on s’est planté. Il faut retourner dans l’aéroport et téléphoner à la compagnie pour qu’ils nous envoi un chauffeur. On vient donc de se taper 15 minutes d’attente pour rien, nous sommes ravis. Nous retournons donc à l’intérieur de l’aéroport pour voir avec la compagnie directement. L’hôtesse téléphone et nous dis que le chauffeur arrivera dans environ une heure. C’était bien la peine de réserver ! L’attente est plutôt longue et j’avais les yeux explosés avec la clim de l’avion, c’est un vrai frigo là-dedans. Heureusement pour nous, une autre navette arrive et le chauffeur nous dit qu’il peut nous emmener car il lui reste de la place.

Là. Cette fois-ci en route pour Manhattan. Durant le trajet, on fait connaissance avec un californien super sympathique. Tout au long du trajet nous sommes scotchés à la fenêtre, nous sommes émerveillés mais, nous ne réalisons pas encore vraiment. Une chose nous choque quelque peu, l’état de la route est pitoyable, on se croirait à Bagdad, mais bon l’essentiel n’est pas là. Au bout d’une heure, nous arrivons sur la 31ème rue mais le chauffeur, qui doit débuter car il se repère grâce à une carte, est allé un peu trop loin. Nous devrons donc faire le reste du chemin à pieds. Finalement nous arrivons à destination, il est 22h00. Les formalités d’accueil sont très vite faite et en plus, pour la 1ère nuit nous aurons le droit à une chambre avec salle de bain privée alors qu’à l’origine, nous avions réservé une salle de bain partagée, c’est le TOP. Nous prenons donc possession de la chambre et là, bonne surprise, c’est impeccable. La déco est un peu kitch, elle doit dater des années 60, mais c’est très propre et l’essentiel est là. La fatigue prenant le dessus, nous n’avons pas le courage de ressortir manger un morceau, on s’en passera pour ce soir. Nous plongeons donc sous nos draps pour une bonne nuit de sommeil car le programme du lendemain est chargé.


Lundi 19 :

Après une bonne nuit de sommeil, nous sommes debout à 6h45, décalage horaire oblige. Une bonne douche et hop, tout le monde dehors. Nous nous dirigeons directement vers Times Square pour acheter les Metrocard, indispensables pour tout bon touriste qui se respecte. Sur le chemin nous marchons les yeux rivés vers le ciel, on ne sais plus où donner de la tête tellement nous sommes impressionnés par ce que nous voyons. C’est le dépaysement total. A peine sommes nous sortis de l’hôtel que nous sortons déjà les appareils photos. En plus le temps est avec nous, il fait super beau. Mais que demande le peuple. L’arrivée à Times Square est mémorable, on se sent tout petit et surtout très impressionnés par le nombres de panneaux publicitaires présents sur tous les murs.


Times Square.
Agrandir
Times Square.

On en prend plein les mirettes. Il n’y a aucune comparaison possible avec la France. Nous trouvons le bureau de renseignement assez rapidement et nous achetons les fameux sésames. Maintenant, nous sommes parés pour découvrir NYC, il ne reste plus qu’à trouver l’entrée du métro. On s’engouffre donc dans les couloirs du métro à la recherche de la ligne menant à Battery Park pour notre première visite : La statue de la liberté, symbole incontestable de NYC. Là, une chaleur accablante nous saute au visage, il fait au moins 40°C, aucune ventilation. Heureusement les rames, elles, sont climatisées. La différence de température est assez violente. On comprend pourquoi les bouches d’aérations fument en hiver comme en été, il doit y avoir une telle différence de température entre le sous-sol et la surface…Nous descendons donc à Battery Park et prenons la direction de Fort Clinton pour acheter les billets pour le ferry qui nous emmènera à la statue de la liberté et à Ellis Island. Une fois les billets en poche, nous montons à bord du ferry mais les bonnes places sont chères, et comme nous sommes dans les derniers à embarquer, nous devons jouer des coudes pour pouvoir voir quelque chose. A l’approche de la statue de la liberté, tout le monde sort son appareil, et ça mitraille de tous les côtés.


Statue liberté socle.
Agrandir
Statue liberté socle.

Nous sommes assez surpris de voir que le socle est quasiment aussi grand que la statue elle-même, on s’en rend pas compte sur les photos. Nous descendons et faisons le tour de l’île. Nous prenons bien évidemment quelques photos puis nous remontons à bord du ferry direction Ellis Island pour la visite du musée des immigrés. La visite est intéressante mais se fait assez rapidement. Mais l’île offre également une vue imprenable sur le financial district, c’est vraiment superbe.


Toujours le Skyline.
Agrandir
Toujours le Skyline.

De retour à Manhattan, au moment où le bateau est en train d’accoster, un black s’approche et nous dit qu’il va y avoir un show. Et il se met à nous faire une petite démonstration, il se met en équilibre, descend les marches mais surtout les remontent en faisant des pompes…tout simplement impressionnant. Une fois débarqués, les gens affluent autour des show men qui nous offrent un spectacle de pirouettes et de cascades en tous genres. Là on se dit qu’on est bien à New York, il n'y a qu’ici qu’on peut voir des trucs pareils. Une fois le show terminé, nous remontons dans le financial district jusqu’à Wall Street, terrain de jeux des goldens boys New Yorkais.


Nous nous arrêtons devant le New York Stock Exchange pour prendre quelques photos, of course, puis nous continuons un peu plus loin dans Wall Street. La route est fermée et on ne sait pas trop pourquoi. On va vite s’apercevoir qu’il s’agit du tournage d’un film, on ne comprend pas tout ce qui se dit mais c’est assez sympa à voir. Malheureusement on ne saura pas de quel film il s’agit. Il va bientôt être 14h et le petit déjeuner est loin. Nous prenons donc la direction du Mc Do, (on nous avait dit qu’il fallait aller voir celui-là), qui s’avère être assez sympa. De plus une nana est en train de jouer de piano ce qui ne gâche rien, mais ça surprend un peu. Ce n’est pas l’habitude de la maison. Après la pause ravitaillement, nous continuons vers Ground Zero qui se trouve juste en face.

Ground Zéro.
Agrandir
Ground Zéro.

Instant émotions quand on voit ce trou béant et qu’on pense à toutes ces victimes…Nous restons donc quelques minutes à contempler le site en pleine reconstruction. Aller, ne nous laissons pas aller, prochaine destination le fameux Brooklyn Bridge. D’après le guide du routard il est possible d’emprunter le Brooklyn Bridge à pied. Il est dit qu’il offre en plus une vue magnifique sur le skyline. Nous partons donc en quête du fameux passage mais sans grand succès. On se retrouve finalement au bord de l’East river. Ce n’est pas tout à fait ce qu’on cherchait mais le panorama vaut le coup d’œil et par la même occasion de belles photos.

Pont de Brooklyn.
Agrandir
Pont de Brooklyn.

Nous retournons sur nos pas pour trouver l’entrée piétonne, qu’on trouvera grâce à la gentillesse d’un américain qui, nous voyant chercher sur notre carte s’est spontanément arrêté pour nous renseigner. Décidément ils sont vraiment très serviable ces New Yorkais. Une fois dessus, on profite de la vue, c’est tout simplement beau. Arrivés à peu près au milieu du pont, nous faisons une petite pause pour admirer le superbe panorama.


Skyline depuis pont de Brooklyn.
Agrandir
Skyline depuis pont de Brooklyn.

Je vais pour ouvrir mon sac pour prendre ma bouteille d’eau (mine de rien ça monte !!) et comme j’avais fermé mon sac avec un petit cadenas, je sors les clés de ma poche pour pouvoir l’ouvrir. En déconnant je dis à mon frère « Faudrait pas les laisser tomber… ». Mais on rigolait moins quand les clés sont réellement tombées entres les lattes de bois !! Là on s’est retrouvés un peu con, plus moyen d’ouvrir le sac. On ne peut pas récupérer les clés, il n’y pas de trottoir en dessous…Nous voilà bien avec le sac fermé, et comme une andouille j’avais laissé attaché les deux clés ensemble. En repartant, dégoûté, je regarde le plancher et je m’aperçois que les lattes sont soutenues par des poutres. Là, je me dis que peut être elle sont tombées au niveau d’une de ces poutres. Nous faisons donc demi tour, et retournons là où on les avait perdu. Là, le gros coup de chance, elles sont effectivement tombées sur une des poutres. Maintenant il s’agit de pouvoir les rattraper. Par chance, mon frère avait dans une poche de son sac, des crayons de couleurs assez longs pour qu’on puisse les utiliser comme des baguettes chinoises, et les sortir du trou. A côté de nous Mc Gyver c’est un amateur !! En retrouvant les clés, nous sommes vraiment soulagés. Je sépare immédiatement les clés et on se remet en route. Ca ne parait pas mais la traversée du pont est assez longue. Arrivés de l’autre côté du pont, nous descendons dessous, juste à côté du River café. L’endroit offre une superbe vue et bien évidemment on prend des photos du Financial District et des ponts, c’est superbe.


Skyline Brooklynbridge Zéro.
Agrandir
Skyline Brooklynbridge Zéro.

Pour ne rien gâcher au plaisir, le soleil est en train de se coucher. Nous poussons un peu plus loin dans Brooklyn pour avoir des meilleurs angles de vue. La nuit commence à tomber. Il est grand temps de partir. Le problème c’est que nous n’arrivons pas à trouver une bouche de métro pour pouvoir rentrer à l’hôtel. Alors que nous étions en train de chercher sur une carte, une femme s’approche et nous demande ce que nous cherchons. Tant d’amabilité surprend, à Paris ce n’est pas la même chanson !! Grâce à cette dame, nous trouvons enfin une ligne de métro qui nous ramènera à l’hôtel. Sur les quais nous sommes les seuls blancs, mais, à aucun moment nous nous sentons en insécurité. Finalement nous sommes de retour à l’hôtel vers 21h00, les jambes lourdes et les pieds douloureux. On prend une bonne douche et on ressort pour manger un morceau. Cette fois-ci pas question de sauter le repas du soir, les aventures, ça creuse. Pour ce soir, on se contentera d’un resto pas trop loin de l’hôtel pour préserver nos pieds. Notre choix s’arrête sur un resto français (on prend pas trop de risque là) du nom de Méli Mélo, qui avait une bonne critique dans le guide du Petit Futé. Seulement d’après le guide il est préférable de réserver car il y a souvent beaucoup de monde. Il est déjà 10h donc on a plus le temps de réserver, on verra sur place. A notre arrivée, nous sommes assez surpris de voir qu’il n’y a quasiment personne dans le restaurant. La serveuse qui nous accueille est assez souriante, enfin pour l’instant. Nous nous installons et commandons directement les plats chauds et les boissons. Nous sommes fatigués et donc assez pressé d’aller nous coucher. Nous déclinons donc l’apéritif ce qui n’a pas l’air de plaire à la serveuse. Les plats chauds arrivent, très copieux, il n’en faudrait pas plus. Une fois terminé, nous souhaitons partir mais impossible de trouver comment dire une addition, c’est plutôt mal engagé. La serveuse nous débarrasse et nous demande si nous souhaitons un dessert. Nous lui répondons que non, que ce sera tout pour ce soir. Elle reviendra finalement 4 fois pour nous demander si nous ne voulons pas autre chose, ça devient très pénible. Elle se décide donc enfin à nous apporter l’addition que nous réglons tout de suite. Nous laissons bien évidemment le service, mais le minimum syndical, car elle a été désagréable. Elle doit nous rendre la monnaie, mais nous devons attendre 10 bonnes minutes avant qu’elle ne revienne avec la monnaie, elle comptait tout de même pas qu’on la lui offre !! Nous ressortons donc très déçu de ce restaurant qui s’avère être assez cher qui plus est !! Le petit futé, il n’est pas si futé que ça finalement. Enfin, nous rentrons à l’hôtel pour aller nous coucher et oublier cette soirée lamentable. Demain est un autre jour.


Mardi 20 :

Ce matin, le réveil sonne à 7h et on a du mal à ouvrir les yeux, on aurai pas du se coucher si tard la veille. Aujourd’hui, comme tous les autres jours d’ailleurs, le programme est assez chargé, donc à 8h tout le monde est dehors. Ce matin pas question de partir comme des flèches, nous allons d’abord nous réveiller en douceur avec un bon petit déjeuner. On s’arrête donc prendre notre petit déjeuner dans un Starbucks Coffee, une institution à NYC. Il y en a partout, c’est vraiment de la folie. Premières impressions…l’ambiance est plutôt sympa et leurs cafés sont vraiment bons ainsi que leurs pâtisseries. En plus on a le choix entre je ne sais combien de cafés différents, chauds ou glacés, aromatisés ou non, avec ou sans crème. On ne sait vraiment pas quoi choisir au début. En revanche, pour le jus d’orange ce n’est pas trop ça mais bon, on fera avec. Et puis leur spécialité ce n’est pas les jus de fruit. Aujourd’hui le programme commence par le fameux Greenwich Village. Nous sommes sur la 31th street, nous descendrons donc là bas à pieds. Sur le chemin, nous tombons sur une boutique spécialisé dans le jus de fruit frais et qui s’appele Jamba Juice. Restés un peu sur notre faim avec le jus d’orange de Starbuck coffee, nous décidons de nous rattraper. Nous optons donc pour des cocktails glacés, super bon. La paille à la bouche, on descend sur Washington Square Park pour admirer l’Arc de Triomphe dédié au président Washington.

Arc de Triomphe.
Agrandir
Arc de Triomphe.

C’est un peu dommage car ce matin le temps ce n’est pas trop ça, c’est un peu couvert, mais bon, au moins il ne pleut pas. L’avantage c’est qu’il fait beaucoup moins chaud que la veille. Après avoir fait le tour de la place et pris quelques photos, nous décidons d’aller voir le fameux immeuble de la série Friends dont nous sommes fan.

Immeuble Friends.
Agrandir
Immeuble Friends.

Ca fait bizarre de se retrouver devant cet immeuble qu’on voit souvent dans les épisodes. Une fois sur place, nous sommes assez surpris de l’emplacement de cet immeuble, nous pensions qu’il se situait à l’angle de grandes avenues et en fait pas du tout, Il se trouve dans un coin assez tranquille bordé de petites rues typiques avec pleins d’arbres de chaque côté. Ce quartier est vraiment à part dans NYC, on se croirait plus en Angleterre qu’aux Etats-Unis aux vues des immeubles, mais ce quartier a tout de même à son charme. Ne sachant trop ou aller, nous décidons de traverser le West village jusqu’à l’East Village. Finalement nous nous retrouvons au bord de l’East River. Là, on est peut être allé un peu trop loin, le quartier est beaucoup moins typique, et on a pas trop envie de rester dans les environs. On se croirait plus dans une banlieue qu’à Manhattan. Donc nous remontons en direction de Central Park en longeant les bords de l’East River jusqu’à la 24th. Nous avions décidé d’aller à l’Empire State Building mais vu les conditions météo, il faudra trouver autre chose. On décide donc de remonter sur la 1st Avenue en direction du United Nation Headquarter. Sur le chemin, nous nous rendons vraiment compte que nous sommes à NYC, les avenues sont gigantesques, on en voit pas la fin tellement elles sont longues, les sirènes des ambulances, des pompiers et de la police retentissent dans la ville comme dans les films, c’est vraiment génial.


Camion pompiers.
Agrandir
Camion pompiers.

On en prend plein les yeux et plein les oreilles. En remontant la 1st avenue nous passons même devant un hôpital où on peut voir déambuler dans les rues environnantes les infirmières en blouse verte et même violet qui doivent être en pause. On se croirait vraiment dans la série Urgences. Au bout d’un moment, nous décidons de partir en direction de l’Hudson river et de rejoindre la 5ème avenue où il devrait y avoir un peu plus d’animation. Nous passons donc devant Grand central Station mais nous ne rentrons pas à l’intérieur, ce n’est normalement pas prévu dans le programme d’aujourd’hui. Ceci dit, cela ne nous empêche pas d’admirer, c’est immense et l’architecture est vraiment magnifique. On continue en remontant la 5ème avenue pour arriver à la célèbre Cathédrale St Patrick. C’est vraiment impressionnant de trouver une cathédrale au milieu de tous ces buildings. En plus elle est vraiment magnifique et gigantesque, on a même du mal à la prendre en photos dans son intégralité tellement elle est grande.

Cinquième avenue.
Agrandir
Cinquième avenue.

Cette petite ballade dans le Midtown n’était pas prévue mais tant pis, nous décidons de pousser jusqu’à Central Park. Sur le chemin nous regardons un peu les vitrines des magasins de matos photos car la carte mémoire de mon appareil est déjà pleine. Avec tout ce qu’il y a voir ce n’est pas très étonnant. Là, un gars vient me voir et me demande ce que je cherche. Je lui réponds donc que je souhaiterai acheter de la Memory Stick. Là, il nous demande de le suivre avec un autre client qui à vraisemblablement l’air de bien le connaître. Sur le chemin, l’autre client nous explique qu’il fait des prix super intéressants pour des lecteurs DVD portables, des appareils photos numérique et encore beaucoup d’autres produits Hi Tech. Là on se dit, ça sent la bonne affaire. Il nous annonce un premier prix faramineux, et on trouve ça plutôt bizarre. En fait il veut nous vendre l’appareil photo numérique avec la Memory Stick. On s’est mal compris je crois. Nous voulons simplement une carte mémoire, l’appareil photo, on l’a déjà. Le prix qu’il nous annonce pour la carte mémoire uniquement est au moins 20$ supérieur à ce qu’on peut trouver en France sur Internet ! Il dit qu’il ne peut pas s’aligner et, finalement, on devra s’équiper ailleurs. C’était trop beau pour être vrai. Enfin, on parle on parle mais le temps passe. Il est 14h et nous n’avons toujours pas mangé, les affaires pourront attendre quelques minutes. Nous décidons d’aller nous restaurer. Grâce au guide du routard, on trouve un déli qui propose un grand choix de salades et de sandwichs, il est marqué qu’il y en a pour tous les goûts. Pour ce midi ça ira très bien, on va pas manger que des hamburger et des frites pendant toute la durée du voyage. Finalement, ce resto, du nom de Mangia, s’avère un peu cher mais les salades et les sandwichs vraiment bons. Pour ne rien gâché au plaisir les serveuses sont très mignonnes…. Une fois dehors, direction la première station de métro pour acheter ma carte mémoire, mais cette fois ci ce sera chez B&H, un magasin de Hi Fi et Hi Tech normalement à prix réduits. Ce magasin est assez particulier car il est tenu à 95% par des juifs qui portent la Kippour et les tresses frisées de chaque coté. Assez surprenant au début. Une fois la carte mémoire en poche, dont le prix est très proche de ceux pratiqués en France, nous sortons du magasin et nous remontons sur Columbus Circle. Une fois sorti du métro on décide de s’arrêter quelques minutes pour se reposer près de la statue à l’entrée de Central Park. On peut apercevoir d’où on est la circulation qui est plutôt dense dans ce quartier. Au milieu de toute cette circulation, des calèches tirées par des chevaux se mêlent à la circulation et entrent dans Central Park, c’est assez sympa. Après quelques minutes nous repartons et on décide d’entrer dans le parc et de se balader un peu. C’est vraiment le dépaysement total, c’est vraiment cool cet espace de verdure en plein centre de Manhattan. Il y a même des gens qui s’entraîne au baseball sur un terrain aménagé exprès. Là on comprend que le sport national n’est sûrement pas le soccer. Nous ne savons pas trop où nous allons et finalement on se retrouve auprès d’un lac où la vue est magnifique. On peut apercevoir le parc avec le lac et en arrière plan les buildings qui nous rappèlent que nous sommes toujours à NYC.


Central Park.
Agrandir
Central Park.

La nuit va bientôt tombé et il n’est pas question de rester dans Central Park, donc nous décidons d’aller faire un tour chez Bloomingdale’s qui est juste à côté. Une fois entré, on est dans un autre monde. Tout est très beau et un peu trop cher pour nous. Le magasin est énorme, il comprend 7 étages avec des surfaces assez grandes. Au détour d’un escalator, nous paraissons sûrement un peu paumés car une employée nous demande ce que l’on cherche. Remarque, peut être que nous faisons un peu tâche dans le décor !! Mais non, elle est censé diriger les gens dans le magasin mais il n’y a pas grand monde. Finalement, elle à plutôt l’air de s ‘ennuyer et on fini par discuter avec elle quelques minutes. On ne comprend pas tout ce qu’elle nous raconte mais elle apprécie les français, de plus, elle loue un de ses appartements à des étudiants français. Et ce n’est pas la première fois que nous sommes bien accueillis lorsqu’on dit que nous sommes français. Bref, une fois avoir fait le tour du magasin nous ressortons, direction l’hôtel. La journée fut assez longue et nous y faisons donc une petite pause histoire de reposer nos pieds douloureux. Ensuite direction Time Square pour manger un petit truc, enfin petit…façon de parler rien n’est petit ici, surtout lorsqu’on parle de manger. On a été impressionné par les quantités servies dans les assiettes. Je ne sais pas comment les américains font pour manger autant ! Ceci dit, nous avons vu très peu de gens obèses, alors avec les quantités qu’ils avalent je ne sais pas comment il font pour garder la ligne. Enfin, le repas terminé, nous flânons un peu dans les rues avant de rentrer à l’hôtel pour aller dormir.


Mercredi 21 :

Ce matin, le réveil sonne à 7h mais nous ne pouvons pas nous lever, nous sommes trop fatigués, on se laisse une heure de sommeil supplémentaire. Finalement nous ne sommes dehors qu’à 9h30. Pour changer, on va tester le petit déjeuner chez Cosi qui se trouve jusque à côté de l’hôtel. Ca à l’air assez sympa d’extérieur. Nous commandons deux cafés et bien entendu quelques pâtisseries. Mais bon, en fin de compte, ça ne vaut pas un bon Starbuck…Ce matin, direction l’observatoire de l’Empire State Building pour admirer NYC vue du ciel. On a de la chance car aujourd’hui le beau temps est revenu et ils annoncent une visibilité à plus de 25 miles.

ESB.
Agrandir
ESB.


L’entrée est assez class, c’est vraiment sympa.


Hall ESB.
Agrandir
Hall ESB.

Nous devrions aller assez vite car nous avons réservé les billets sur Internet donc, normalement nous n’avons pas à faire la queue pour acheter les tickets. A l’entrée, le type nous informe que ce ne sont que des réservations et qu’il faut qu’on les échange contre des tickets. C’était bien la peine de réserver à l’avance, on y gagne que dalle en temps. Ceci dit, heureusement, ce matin, quasiment pas de queue à faire, les gens arrivent juste après qu’on soit passés. Il n’aurai pas fallu qu’on arrive plus tard. Au 80ème étage, avant de prendre l’ascenseur suivant pour l’observatoire, passage obligatoire par la séance photo souvenir (vendue quand même 20$ !!!). Une fois en haut, la vue est vraiment superbe.

Vue depuis ESB.
Agrandir
Vue depuis ESB.

On sort les appareils et c’est parti, on mitraille de tous les côtés ! La vue de là haut est vraiment incroyable, NYC nous paraît tout petit.

Vue depuis ESB 2.
Agrandir
Vue depuis ESB 2.

Nous restons là haut un bon moment, le temps de bien profiter de la vue, puis nous repartons, sans oublier de passer par la boutique souvenir, qui est horriblement chère au passage. Mais on n’en attendait pas moins de leur part. Ensuite direction l’Hudson river pour la Circle Line. Pour se rendre sur place avec le métro, c’est un peu la galère car ils ne fonctionnent quasiment que du nord vers le sud et inversement. C’est finalement en lisant le guide du routard qu’on apprend qu’il n’y a pas plus simple que de prendre le bus à NYC. Ils vont toujours tout droit, ils restent sur l’avenue sur laquelle ils sont. C’est malin, on aurai su ça plus tôt on aurai pu profiter de la vue extérieur plutôt que de s‘enfermer dans le métro. Une fois sur place nous allons directement au guichet pour prendre les places. Le prochain départ est prévu pour 14h, et il n’est que 13h15. Il va donc falloir patienter quelques minutes. Eh oui, les bonnes choses se méritent. Enfin, en attendant, nous trouvons un de ces nombreux marchants ambulants qui existent à NYC pour tester les fameux hot-dog. C’est plutôt bon mais pas suffisant pour faire office de déjeuner. On traîne on traîne, mais pendant ce temps l’heure tourne, on aura pas le temps de manger autre chose, le départ est dans 15mn et il faut y être 10mn en avance le temps que tout le monde à bord. 13h50, ça y est les gens commencent à monter, mais on comprend vite pourquoi on doit venir 10mn en avance, il photographient tout le monde devant le bateau. La traditionnelle photo souvenir. C’est peut-être marrant au début mais là ça commence à devenir un peu pénible. Une fois tout le monde à bord, nous quittons le quai et nous partons pour 2 heures de croisière. Au micro, le commandant du navire se présente. Il est assez marrant avec ses cheveux blanc, son costume de capitaine et ses chaussettes blanches montée jusqu’à mi-mollet. Il me rappelle un peu la croisière s’amuse. Bien évidemment la visite se fait en américain, donc nous ne comprenons pas tout ce qu’il dit mais la visite est vraiment super, ça vaut vraiment le coup. Nous descendons donc vers le nord direction la statue de la liberté.

Skyline depuis bateau.
Agrandir
Skyline depuis bateau.

Sur le chemin nous avons le droit à des explications sur les immeubles aux alentours, tant à New York que dans le New Jersey, qui est situé sur l’autre rive. Une fois à la statue de la liberté ; demi tour et direction le Brooklyn bridge, le bateau continu même plus loin. Aujourd’hui le soleil est là et il chauffe sérieux. Heureusement qu’on a pensé aux casquettes, et encore, on a pas pu éviter de se faire allumer dans le cou. Mais bon, on va pas se plaindre du soleil quand même. Une fois arrivé au bout du circuit, retour au point de départ.

Circle Line Pont de Brooklyn
Agrandir
Circle Line Pont de Brooklyn

Nous mettons donc le pied à terre et nous repartons ravi de petit tour en bateau. Un conseil, évitez la croisière de 3 heures, il paraît qu’elle est un peu longue et qu’il n’y a pas beaucoup plus de choses à voir, et elle est plus cher bien évidemment. Mais sinon pour les amateurs, il existe « The Beat », un hors-bord qui fait le tour de Manhattan en 30mn seulement. Mine de rien il est déjà 16h et nous devons réserver l’hélicoptère ce soir si nous voulons pouvoir voler le lendemain car il faut une réservation au préalable. Et d’après la chaîne météo, demain est le dernier jour de soleil, après c’est la flotte, donc pas question de faire l’hélico sous la pluie ça serai trop dommage. Donc de l’Hudson River, nous partons vers l’Héliport du financial district, soit de l’autre côté de Manhattan. Mais maintenant qu’on sait comment fonctionnent les bus, on va gagner du temps. Plus besoin de se taper toutes les rues non desservies par le métro à pied. Après une bonne demi heure de trajet, nous voilà au cœur du financial district, juste à côté de Wall street.

Towers Financial Disctrict.
Agrandir
Towers Financial Disctrict.

Nous ferons le reste du trajet à pied. Une fois arrivée, nous essayons de pousser la porte de l’héliport mais un type qui boss là, super sympa qui plus est, nous interpelle et nous demande ce que l’on désire. Nous lui expliquons qu’on veut réserver pour demain 14h. Aucun problème d’après lui. Nous sommes super content car on avait un peu peur de s’y être pris un peu top tard. En même temps il n’y a pas l’air d’avoir grand monde. Aujourd’hui, on avait prévu une journée plutôt tranquille histoire de souffler un peu. On croirait pas comme ça mais le tourisme c’est fatiguant. Trêve de plaisanterie, il ne faut pas trop qu’on traîne si on veut être à l’heure chez Junior’s, il va bientôt être 18h et notre rendez vous est fixé à 19h. On fonce donc à l’hôtel pour se changer histoire de ne pas arriver surplace comme des blaireaux en short et tee-shirt. Pour se rendre au restaurant, qui se trouve dans Brooklyn, on a compté à peu près 35mn de métro. Sur le papier, c’est indiqué que le restaurant se trouve sur Flatbush Avenue, donc, nous descendrons à l’arrêt de métro du même nom. 45mn plus tard on se retrouve enfin arrivé à l’arrêt, on s’est un peu planté dans les changements de métro mais cette fois ça y est nous sommes arrivés. Dans le métro nous étions une fois de plus les seuls blancs et, la quartier dans lequel nous arrivons n’est pas très rassurant surtout que la nuit est tombé depuis un moment déjà. On se demande vraiment où on est tombé, L’endroit fait penser à un coupe gorge. Même si on est censé être en sécurité partout dans New York, la tu fais moins le malin. La rue principale est mal éclairé et le reste du quartier est plongé dans le noir. On se demande vraiment ce qu’un restaurant touristique comme Junior’s peut bien faire ici. Nous demandons donc aux gens, qui soit dit en passant n’ont pas l’air très accueillants, n’ont visiblement pas connaissance d’un tel restaurant dans les environs. Après avoir questionné plusieurs personnes nous donnant toujours la même version, on se dit que c’est sûr, on s’est planté quelque part. Pour notre plus grand bonheur, nous trouvons deux flics en patrouille un peu plus loin et je décide d’aller leur demander des renseignements. Au début, il n’a pas l’air de savoir non plus et puis d’un coup, comme un éclair de génie, il nous dit qu’il sait où c’est. D’après le flic, nous ne sommes pas du tout au bon endroit. Ca on l’avait deviné !! Voyant que nous sommes des touristes il propose de nous accompagner jusqu’à l’arrêt de bus qui nous emmènera à destination. Mais faut voir comment il est fier de porter l’uniforme. En traversant la rue il roule des mécaniques, c’est incroyable comment il se la joue. Mais c’est assez marrant, et puis faut dire qu’on est bien content de le trouver ce flic. En tout cas super sympa le flic, leur réputation les précèdent, rien à voir avec les flics de chez nous. Enfin c’est un autre débat. Lorsque le bus arrive, il explique au chauffeur la situation et lui demande de nous prévenir lorsque ce sera notre arrêt. Finalement, on va bien rouler 35mn en bus avant que le chauffeur nous prévienne que nous pouvons descendre. Ce qu’on ne savait pas c’est que Flatbush Avenue fait plusieurs dizaines de kilomètres. On pouvait toujours chercher de l’autre côté, on ne risquait pas de trouver. Il va bientôt être 22h lorsque nous trouvons enfin le restaurant tant recherché. Nous sommes légèrement en retard et nous espérons qu’une seule chose, c’est qu’il ne soit pas trop tard. Donc nous entrons et nous nous installons. Nous devons demander au staff manager de venir car c’est lui qui est au courant de notre venu et qui doit nous faire la remise de 50$. Il arrive mais, il n’a pas vraiment l’air au courant de la situation. Il nous explique que personne ne l’a prévenu et qu’il ne peut rien faire pour nous, il va falloir que l’on repasse un autre jour. Alors ça c’est le bouquet. On se dépêche pour être à l’heure, on atterrit dans un quartier plutôt louche, on traverse Brooklyn en bus, et tout ça pour repasser un autre jour, elle est un peu forte celle là !!

Times Square de nuit 2.
Agrandir
Times Square de nuit 2.

Finalement, on rentre comme deux andouilles à l’hôtel sans rien dans le ventre. Le trajet retour dure une bonne demi heure et on commence à s’endormir dans le métro tellement nous sommes crevés. Nous allons directement sur Time Square histoire de trouver quelque chose à manger, au moins là bas, on est sûre que ce ne sera pas fermé.

On trouve finalement un TGI, où nous pouvons enfin manger, parce que le petit hot-dog de ce midi n’était pas très conséquent. Nous rentrons finalement à l’hôtel vers 1h du matin, nous sommes claqués. Nous nous endormons tout de suite comme des masses, pas besoin de berceuse.






Jeudi 22 :

Le réveil est plutôt difficile ce matin là, la fatigue se fait ressentir de plus en plus. Du coup, nous ne sommes prêt que pour 10 heures. Nous devons attaquer cette journée par le Rockefeller center, mais avant un arrêt au starbuck coffee du coin est nécessaire pour se mettre en condition pour la journée. C’est vraiment une place magnifique, de plus la journée est superbe et le soleil reflète sur la statue en or, ça ébloui presque.

Statue Rockefeller Center.
Agrandir
Statue Rockefeller Center.

Nous prenons quelques photos de la place décorée d’une multitude drapeaux, on en prend plein les mirettes. En repartant nous tombons sur le NBC News store, nous y faisons donc une descente. On trouve là-bas de nombreux articles, fringues et autres babioles en tout genres logoté de nos séries télé préférées (Américaine bien entendu). C’est plutôt sympa mais ce n’est tout de même pas donné. Enfin business is business comme on dit. Après avoir fait le tour du magasin nous nous dirigeons vers le financial district pour prendre le déjeuner avant d’embarquer à bord de l’hélicoptère. Finalement en traînant dans les rues nous n’avons pas le temps de déjeuner et nous nous rendons directement à l’héliport. Je décide d’ouvrir la porte pour entrer à l’intérieur mais je suis vite arrêté par un agent de sécurité qui me fait bien comprendre que l’on ne pourra entrer qu’après une fouille des bagages et du corps. Une fois cette formalité effectuée nous pouvons enfin entré, nous sommes pile à l’heure. Nous allons donc nous enregistrer. Première surprise, il faut payer une consigne pour les sacs, donc pas le choix nous payons, et là seconde surprise, il y a une taxe de sécurité a payer pour pouvoir s’envoler au dessus de NYC. Le montant total n’est pas très élevé mais nous aurions bien aimé être au courant avant. Nous patientons donc en attendant que l’on nous remette les gilets de sécurité et que l’on nous explique les consignes de sécurité. Sur place un groupe d’espagnols est déjà en attente, et le temps qu’ils passent tous nous avons attendus prés d’1h30. C’est un peu long surtout quand il n’y a rien a faire. Finalement nous embarquons enfin dans l’hélicoptère, après la traditionnelle photo souvenir devant l’hélico. Ca commence à devenir une habitude de poser devant les attractions. Une fois le harnais de sécurité enclenché et le casque posé sur nos oreilles nous décollons, Et c’est PARTIIIIIIIIIII.

Hélico.
Agrandir
Hélico.

La sensation est vraiment superbe, et l’engin très maniable. Nous survolons tout d’abord le financial district puis nous remontons vers central park par l’Hudson river avec quelques explications touristiques, en anglais cela va de soi. Donc nous n’avons pas tout compris mais le plaisir reste intact. Nous faisons demi tour et nous voilà parti pour la statue de la liberté. On passe juste à côté puis le pilote effectue un demi tour serré, on se croirait dans un manège de fête foraine.

Vue depuis hélico.
Agrandir
Vue depuis hélico.

Finalement nous rentrons déjà à l’héliport, c’est déjà fini. Mais finalement cela a duré plus longtemps que nous ne le pensions. Nous redescendons donc ravi de cette expérience, c’est vraiment un truc à faire. Nous reprenons nos sacs et nous rentrons à l’hôtel pour recharger les batteries de la caméra et des appareils photos car la veille nous avions oublié. Nous avons ensuite rendez-vous à 19h au Yankee stadium pour la suite du programme, et nous décidons d’y aller en avance au cas où. Après ce petit arrêt recharge nous repartons donc en direction du Yankee stadium pour aller voir le match des NY Yankees contre les Baltimore Orioles.

Match Yankees.
Agrandir
Match Yankees.

Dans la rame de métro nous emmenant au stade plusieurs personnes sont vêtu des affaires à l’effigie des Yankees, on sent la match qui approche. Le métro arrive enfin au Yankee stadium, et nous nous retrouvons dans la foule pour rejoindre le stade. Tout le monde porte les couleurs des Yankees c’est impressionnant. En bons touristes nous avons pris un sac avec appareil photos et caméscope pour garder un souvenir de ce match mais un type de la sécurité nous interpelle gentiment en nous indiquant que les sacs sont interdits dans l’enceinte du stade ainsi que les cameras. Donc direction les consignes pour déposer le sac et la camera mais nous pouvons tout de même conserver nos appareils. OUF !! Coût de l’opération 5$. Cette fois-ci nous sommes parés, on part donc à la recherche de l’entrée prévue pour nos tickets. C’est impressionnant, il y a une foule qui grouille de partout aux abords du stade qui attendent le début du match. Nous passons donc une première fois les agents de sécurité mais, le problème, c’est que nous devons échanger les réservations contre des tickets aux caisses. Il faudra donc faire la queue comme tout le monde. Heureusement, j’arrive à entendre, après quelques minutes seulement d’attente, que les personnes ayant réservé par ticket-master ont des caisses spéciales où il n’y a quasiment personne. Nous gagnons donc un temps fou. Cette fois ça y est nous avons les précieux ticket. Nous retournons à l’entrée mais cette fois ci l’agent nous indique que ce n’est pas la bonne entrée, il faut donc ressortir une deuxième fois. Vas-t-on enfin nous laisser ? Finalement nous trouvons la bonne et en cadeau nous recevons une petite voiture aux couleurs des Yankees, c’est sympa. Une fois arrivé dans le stade nous mettons un petit moment à trouver nos places, heureusement que nous sommes arrivés en avance. Une fois installés nous assistons à la fin de l’échauffement des joueurs.


Match Yankees 2.
Agrandir
Match Yankees 2.

Bon c’est pas le tout mais la faim commence sérieusement à nous tiraillé, nous allons donc chercher deux grands hot dog et deux pepsi. Le prix de ce super repas : 18$, nous trouvons l’addition un peu salé mais bon, tant pis, on est la pour s’amuser. Une fois à moitié rassasiés, nous remarquons que le stade est loin d’être rempli, c’est bizarre. Pas le temps d’en discuter plus longuement, les festivités commencent. Les joueurs entrent sur le terrains et les supporters donnent de la voix, c’est super entraînant, on se prend vite au jeu. Il y peu d’action de jeu mais l’ambiance présente dans le stade est énorme. De plus, au fur et à mesure que les manches passent, le stade se rempli de plus en plus.


Match Yankees 3.
Agrandir
Match Yankees 3.

Pendant toute la durée du match, des types passent dans les allées pour proposer des hots dogs, des cacahuètes, de la bière et du pop corn. Il n’y à que là bas qu’on peut voir ça, mais à la fin cela devient un peu pénible mais très typique. Les moments les plus intenses arrivent lorsque le batteur des yankees expédie une bonne balle, la c’est la folie dans le stade. Tout le monde se lève et retient son souffle, et quand il s’agit d’un home run confirmé, tout le monde cri, et nous aussi d’ailleurs. Le plus drôle, ce sont les personnes qui, à la mi temps, remette le terrain en état sur la musique des Village people. Sur le refrain ils lâchent tous en même temps leurs appareils pour une chorégraphie de WMCA. C’est ENORME !! Le match se termine finalement par une victoire des Yankees, on n’en demandait pas tant. Le match a tout de même duré 2h30, mais on a pas vu le temps passé. A la sortie du stade, il y un monde fou qui circule dans les rues, et nous en profitons pour faire les boutiques de l’équipe locale dans le but de trouver des souvenirs à ramener. Nous rentrons finalement à l’hôtel pour une bonne nuit de sommeil réparatrice.


Vendredi 23 :

Ce matin encore le réveil est difficile. Plus les jours passent et plus on a du mal à se lever. Résultat nous ne sommes prêt à décoller qu’à dix heures. Comme bien souvent le matin, nous faisons une pause petit déjeuner au Starbuck Coffee. Aujourd’hui la journée commencera par le fameux Madison Square Garden, terrain de jeux des Knicks.


Madison Square Garden.
Agrandir
Madison Square Garden.

Arrivés sur place nous sommes un peu déçu par le monument. D’extérieur il n’a rien d’exceptionnel, mis a part peut-être le panneau lumineux qui annonce le programme, mais après Time square cela paraît un peu dérisoire. Nous prenons tout de même quelques photos pour la postérité et nous continuons notre route vers la General Post Office, en quête de timbres pour faire plaisir à la famille. L’intérieur est plutôt sympa mais on ne sais trop où s’adresser. Nous faisons donc le tour des différents guichets, de toute manière ils doivent bien tous vendre des timbres. Seulement, en bons touristes que nous sommes, on se fait vite repéré. Une gentille vieille dame nous accoste et, qui plus est, parle français. Elle à un drôle de style et traîne derrière elle un caddie à course, le personnage est assez surprenant. Elle nous propose donc de nous aider. Après un bref cours d’histoire sur la General Post Office, elle nous propose ses services de traductrice, mais on se rend vite compte qu’elle parle aussi moyennement anglais que nous, voire pire par moment, c’est assez marrant. Ceci dit, elle est très bavarde et nous ne devons pas trop traîner si nous voulons être à l’heure pour la limousine. Apres avoir les fameux timbres en poches, elle propose de nous guider à travers la ville mais nous coupons court à la discussion et repartons chacun de notre côté. En traînant, nous oublions un peu l’heure et le rendez-vous avec le chauffeur approche vite. Nous accélérons donc le pas pour pouvoir être à l’heure. Arrivés un peu essoufflés à l’hôtel, nous sommes pile à l’heure, mais aucune limousine en vue. Nous attendons donc devant l’entrée mais, au bout d’une demi heure de retard, je décide d’aller voir le réceptionniste pour qu’il téléphone à la compagnie pour voir ce qui ne va pas


Hôtel.
Agrandir
Hôtel.

Le coup de téléphone passé il nous dit que le chauffeur est sur le chemin mais qu’il y a beaucoup de circulation et qu’il devrait arriver dans une petite demi heure. 30 minutes plus tard nous voyons au loin une limousine approcher. Elle est de toute beauté et on commence à s’enflammer. Elle s’approche de l’hôtel, ralenti, mais finalement continu son chemin. Ce n’est pas la notre, DOMMAGE !! C’est finalement avec 1 heure 30 de retard que le chauffeur arrive, et cette fois-ci la limousine est beaucoup plus ancienne, et porte quelques traces d’accrochages. Chauffeur c’est un métier. Enfin, le type arrive, très sympa, mais nous explique que ça va pas être possible aujourd’hui, qu’il y a eu une confusion à son bureau. Nous sommes RAVI, 2 heures de perdu à attendre pour rien. Nous tombons d’accord sur une date pour le tour de limousine, ce sera Dimanche à 18 heures. Il est donc maintenant 14 heures et nous n’avons toujours pas mangé. Nous décidons d’aller se faire une bonne pizza bien méritée dans le coin du Lincoln Center car nous avons une bonne adresse dans le guide du routard. Nous prenons le métro et arrivons dans le quartier en question. Nous nous rendons à l’adresse indiquée, mais on se retrouve dans un quartier résidentiel. Pas de pizzeria à l’horizon. On fait 3 fois le tour du pâté de maison et, cette fois c’est sur, il n’y a rien dans ce coin. Pour en en avoir la certitude, je décide d’aller demander au concierge d’un immeuble du quartier. Le type super sympa m’informe que la pizzeria n’existe plus, ils ont déménagé sur Bleecker street. Alors la c’est le pompon, la journée n’avait pas très bien démarré mais là c’est l’apothéose. Le gardien nous indique tout de même que sur Amsterdam avenue on peut trouvé des pizzerias sympas. Nous nous rendons donc à l’endroit en question mais rien en vue. Finalement nous reprenons le guide du routard pour essayer une autre adresse, une brasserie branché. Une fois sur place on s’aperçoit qu’elle est fermée pour travaux. Là je crois qu’on touche le fond. Il est 15h30 et toujours rien à se mettre sous la dent. Ce n’est finalement que la troisième adresse qui sera la bonne. Un petit déli qui propose une carte grosse comme un roman avec toute sorte de spécialités différentes. Nous commandons donc des petites portions car il est déjà 16 heures. Lorsque les plats arrivent sur table, les petites portions s’avèrent être des plats super copieux. Le rapport quantité prix est impressionnant là bas. Nous ressortons donc rassasié de ce petit resto très sympa. Il est 16 heures et nous avons en tête le rendez vous chez Junior’s à 19h à Grand Central Station. Et cette fois-ci pas question de la rater, une fois ça suffit. Nous décidons de nous rendre directement à Grand Central Station pour repérer les lieux. On en profite pour traîner un peu dans les rues et profiter de l’ambiance New Yorkaise.


NYPD car.
Agrandir
NYPD car.

Arrivés à destination, nous entrons donc dans la gare qui s’avère être gigantesque, c’est impressionnant. Le hall principal est vraiment magnifique.


Central Station.
Agrandir
Central Station.

Nous prenons quelques photos bien sur et nous nous mettons en quête du restaurant Junior’s. Nous trouvons un peu par hasard une boutique Junior’s ou l’on peut apercevoir les fameux cheesecakes en vitrine. On en a l’eau à la bouche, mais il est évident que ce n’est pas un restaurant. Nous demandons donc au vendeur qui nous explique le chemin à suivre pour trouver le restaurant. Il se situe en fait un étage plus bas. Nous allons voir de quoi il en retourne et là, c’est la grosse surprise. Le restaurant se trouve en plein hall de gare, il y a beaucoup de passage, un brouhaha discontinu et pour couronné le tout, une bonne femme qui annonce les horaires de train par micro toute les 5 min comme à la SNCF. Le restaurant de Brooklyn nous manque, il était vraiment plus sympa mais bon tant pis, nous avons rendez-vous ici et nous comptons bien l’honorer. En attendant, nous allons nous promener dans les rues, profiter de cette ambiance qu’on ne trouve nulle part ailleurs.


Taxi.
Agrandir
Taxi.


Police_montée.
Agrandir
Police_montée.

Nous retournons donc chez Junior’s pour 19 h et cette fois-ci nous sommes super bien accueilli par le patron, qui parle français qui plus est. Nous commandons donc l’apéro et le plat principal qui sont encore et toujours très copieux. Le déjeuner n’est pas loin et nous terminons non sans mal nos assiettes. C’est le comble, on vient chez Junior’s pour ses fameux cheesecakes et, arrivé le moment du dessert on a plus faim. On décide donc de les emporter et de les manger un peu plus tard. On s’en tire pour 50$ pile poil, et comme le repas est cadeau, on en profite pour laisser un généreux pourboire à la serveuse qui fut très sympathique. Nous repartons avec nos cheesecakes emballés. Pour digérer nous décidons de marcher un petit peu. Nous passons donc à Time Square pour profiter de l’ambiance et des lumières dont on ne se lasse pas.


Times Square de nuit.
Agrandir
Times Square de nuit.

Enfin arrivés à l’hôtel, nous sortons les cheescakes et en mangeons une partie. C’est très bon, quoique un peu plus bourratif que ça n’y paraît. Mais il faut en goûter au moins un, ça reste une spécialité locale. Le reste nous servira de petit déjeuner demain matin. En attendant nous nous effondrons pour bonne nuit de sommeil.








Samedi 24 :

Ce matin encore, le réveil a failli passer par la fenêtre. Nous avons encore les yeux un peu gonflés mais nous devons y aller car il est déjà 10h. Ce matin nous partons en direction de l’Hudson River, nous avons prévu de faire l’Intrepid Sea Air Space Museum. Nous nous y rendons donc en bus car la vue est plus sympa que dans le métro. Ce musée est assez sympa car il se situe sur un ancien porte-avion de la marine américaine. Le ton est donné. Une fois s’être acquitté du prix d’entrée, ils vous collent un bracelet rouge autour du poignet, au cas ou on se perdrait peut-être. Peu importe, la visite commence par un petit hommage aux attentats du 11 septembre avec des photos du chaos qui régnait sur place, c’est assez impressionnant.


Intrepid Sea Air Space Museum.
Agrandir
Intrepid Sea Air Space Museum.

Ils exposent également des gravats ramassé sur le sol, le jour de la catastrophe. On apprend un peu plus loin dans la visite que ce musée était le point de rendez-vous des agences gouvernementales en charge d’enquêter, les jours suivant, sur la catastrophe. Mais l’histoire ne dit pas combien de temps ils sont restés. La visite commence donc à l’intérieur du porte-avion ou l’on peut admirer des avions de tous genres et de toutes époques. Les enfants peuvent même monter dans la cabine de certains appareils. La partie suivante du musée présente le porte-avion tel qu’il était lorsqu’il sillonait les mers, donc en état de fonctionnement. On peut donc voir la salle de briefing, le poste de commandement, etc…. Ensuite direction le pont, ou sont alignés un certain nombre d’avions militaire de toutes les tailles et de toutes les époques.

Porte avion.
Agrandir
Porte avion.

Pour la fin de la visite, on peut même monter à bord d’un Concorde de la British Airways. Nous ressortons du musée après deux heures de visite. Nous sommes assez satisfait même si la visite ne casse pas des briques. Pour la suite nous avons prévu Little Italy ainsi que China Town, tout un programme. Le tour du monde en quelques heures, sympa non !! Ce midi nous décidons d’aller manger dans le quartier de Little Italy, à la pizzeria du nom de Lombardi. Pour ceux qui ne le savent pas encore, c’est la première pizzeria ouverte aux Etats-Unis. Nous cherchons rapidement l’adresse dans le guide du routard et nous filons vers Little Italy. Avec le plan nous sommes sur place en un temps record, mais le problème c’est qu’il y a déjà la queue pour réserver une table. Et à l’intérieur la salle est blindée. On se dit que ça paraît mal engagé mais bon, nous essayons tout de même on ne sait jamais. A notre grande surprise, ça avance assez vite et nous arrivons déjà à la hauteur de la serveuse qui s’occupe des réservations. Nous lui demandons donc s’il est possible d’avoir une table pour deux personnes ce midi. Nous sommes chanceux aujourd’hui car il n’y aura que 20min d’attente. On s’attendait réellement à devoir patienter un beaucoup plus longtemps. En attendant, nous décidons de visiter un peu le quartier, et autant vous dire que le samedi, il y a de l’animation. Toute une rue est fermée à la circulation pour faire place à des commerçant vendant toute sorte de nourriture.


Little Italy.
Agrandir
Little Italy.

La traversée de la rue en question est difficile, c’est toute une expédition car il y a une foule impressionnante. C’est à peine si l’on peut avancer. Et il ne faut pas oublier les belles guirlandes aux couleurs de l’Italie qui sont accrochées un peu partout. Finalement, dans cette ambiance, les 20 min passent assez vite. Il est déjà temps de faire demi tour si nous ne voulons pas nous faire piquer notre table. Sur le chemin nous ramenant à la pizzeria, nous croisons un char en l’honneur d’un saint (San Genarro), je ne sais pas qui c'est.


Little Italy.
Agrandir
Little Italy.

Il est escorté par la police et il y a même une camionnette de la télévision qui est là pour couvrir l’événement. C’est plutôt sympa. Ce n’est pas le tout mais nous sommes attendus. De retour à la Lombarsi’s pizzeria, la serveuse nous dit que notre table est prête et nous y accompagne. A l’intérieur, la salle à manger est assez sympa, lumineuse, et conviviale. Mais visiblement, nous ne mangerons pas là car nous descendons un étage plus bas. Bien évidemment, au sous sol plus question de luminosité. Nous mangerons donc à la lumière électrique. Nous nous installons donc à notre table. La salle n’est pas très grande donc assez calme, et ce n’est pas pour nous déplaire car là haut c’est un peu la foire. Mais, après quelques instants, on s’aperçoit rapidement qu’on nous à placé juste devant la porte des chiottes. SUPER !!! On est vraiment vernis avec les repas depuis le début du séjour. Enfin bref, nous commandons donc la boisson puis les pizzas. Un petit conseil, si vous avez l’occasion d’aller manger un morceau là bas, je vous conseil les boulettes de viandes en supplément, elles sont vraiment délicieuses. Pour couronner le tout, le type qui encaisse la note nous prend plus de trois fois le pourboire prévu. Nous décidons donc de monter et d’aller le chercher pour nous rendre la différence. On est sympa mais faudrait pas trop pousser quand même. En fin de compte nous ressortons avec une impression plutôt positive malgré les deux trois petits soucis. Et puis les pizzas sont vraiment bonnes. Pour digérer, nous allons visiter un peu Little Italy, le guide du routard à sélectionner plusieurs endroits à aller voir. Nous visitons ce qui nous intéresse puis nous nous dirigeons vers China Town. C’est juste à côté donc pas besoin de prendre les transports en commun. Comme on sait pas trop où aller, nous nous referons à notre précieux guide qui propose des itinéraires tout préparés où on est censé voir le principal. Et c’est parti. Nous remontons donc une grande rue commerçante, dont je ne sais plus le nom. Mais une chose est sûre, on se croirait vraiment de l’autre côté du Pacifique.


Chinatown.
Agrandir
Chinatown.

Il y a beaucoup de monde et tous les magasins affichent en chinois, enfin je pense que c’est du chinois. Il paraît même qu’il y a des gens qui naissent et qui meurent dans China Town sans avoir jamais parler l’anglais, impressionnant non. Bon aller, on s’arrêtera là pour les cours d’histoire. Nous remontons donc jusqu’à un temple bouddhiste qui est censé être une chose à voir.


Temple Chinatown.
Agrandir
Temple Chinatown.

Arrivé sur place nous ne somme pas plus impressionné que ça, en revanche, un peu plus sur notre droite se dresse un arc de triomphe beaucoup plus impressionnant.



Arc de Triomphe.
Agrandir
Arc de Triomphe.

Après, c’est une question de goût. Nous suivons donc le guide pour nous diriger à travers China Town. Une heure trente nous suffisent et nous décidons de remonter tranquillement à pied vers le midtown. Sur le chemin du retour nous passons sur des places vraiment sympas avec des bâtiments à l’architecture vraiment soignée.


Palais de justice.
Agrandir
Palais de justice.


Finalement nous sommes un peu en avance sur le programme de la journée donc nous décidons d’aller faire les boutiques sur Time Square. Vers 18h30, la nuit commence à tomber et nous fonçons vers l’Empire State Building pour voir NYC de nuit. Il paraît que c’est magnifique. C’est la deuxième fois que nous y allons donc nous connaissons le chemin, pas de temps à perdre. En plus ce soir il n’y a pas grand monde et c’est tant mieux. Une fois là haut c’est le choc. Nous sommes émerveillés par la vue qui s’offre à nos petits yeux.

Vue depuis ESB de nuit .
Agrandir
Vue depuis ESB de nuit .

C’est Noël avant l’heure. Le panorama est vraiment de toute beauté, il y a des lumières de toutes les couleurs qui scintillent partout

Vue depuis ESB de nuit .
Agrandir
Vue depuis ESB de nuit .
Vue depuis ESB de nuit .
Agrandir
Vue depuis ESB de nuit .

Nous restons là haut une bonne heure histoire de bien profiter de vue et surtout de ramener un maximum de photos souvenir.

Ceci étant, aucune photo ne peut retranscrire ce que l’on voit sur place, ça vaut vraiment le déplacement

Vue depuis ESB de nuit .
Agrandir
Vue depuis ESB de nuit .
Vue depuis ESB de nuit .
Agrandir
Vue depuis ESB de nuit .

De retour sur la terre ferme, nous nous dirigeons vers le restaurant Hooters. Et les connaisseurs savent que ce n’est pas uniquement pour les hamburgers que l’on y va. Eh oui les serveuses, car il n’y a pas de serveurs, ne sont vêtus que d’un mini short et d’un débardeur mettant en valeur leurs formes généreuses. Nous commandons donc un menu typiquement américain avec hamburger et pepsi. L’ambiance est très sympa. Le cadre est très chaleureux, tout en bois, avec des écrans géants qui diffusent des matchs de baseball et de football américain

Restaurant.
Agrandir
Restaurant.

Le repas terminé, il n’est que 21h, il nous reste donc un peu de temps devant nous. Nous en profitons pour descendre à Battery park pour prendre le Ferry vers Staten Island. Il paraît que c’est sympa à faire et comme c’est gratuit il n’y a pas de raisons de se priver. L’aller retour est fait en une heure et la vue de nuit sur la skyline est très sympa. Après cette petite croisière nous décidons de rentrer à l’hôtel pour une bonne nuit de sommeil. C’est qu’il ne faudrait pas être en retard pour la messe du dimanche. Nous notons tout de même que c’est la première fois depuis le début du voyage que nous pouvons aller dormir si tôt.




Dimanche 25 :

Ce matin, on n’a pas le choix, il faut être parti de l’hôtel pour 8h30 car nous avons prévu d’aller assister à une messe de Gospel. Cela commence à 9h et il ne s’agit pas d’arriver en retard. Avant de prendre le métro en direction de Harlem, nous passons au Starbuck coffee mais aujourd’hui pas le temps de s’asseoir à une table, nous déjeunerons sur le chemin. Nous arrivons à destination vingt minutes plus tard et nous sommes pile dans les temps. Mais il nous reste à choisir dans quelle église aller. Toujours grâce au Guide du routard, nous entrons dans une église plutôt moderne comparée à ce qu’on peut voir en France et en Europe, c’est assez surprenant. Il y a un vestiaire pour déposer son sac, et une ouvreuse qui vous dit où aller car, visiblement, tout le monde ne se mélange pas ici. La personne nous indique donc des escaliers sur la droite et en arrivant en haut on se retrouve comme au théâtre, sur des balcons surplombant l’espace ou évolue le prêtre. On voit déjà tout de suite le côté spectacle que l’on ne retrouve sûrement pas en Europe. Nous saurons un peu plus tard que, dans l’espace où nous sommes, sont regroupés les personnes non habituées de l’église, et donc par conséquent les touristes, qui sont assez nombreux en ce dimanche. Une fois tout le monde installé, ça peut commencer. Et ça commence de manière plutôt étrange car le prêtre se trouve dans une sorte de bassin ou il est immergé jusqu’à la taille. On se demande vraiment ce qu’il fait là dedans, ce n’est pas trop le moment de faire trempette. En fait, ce dimanche est un jour spécial, c’est le jour des baptêmes. Les catholiques purs et durs excuseront notre manque de culture religieuse. Donc après quelques prières dont nous n’avons pas compris un traître mot, il baptise plusieurs femmes. Ca fait vraiment bizarre, on se croirait un peu dans une secte, et le décor s’y prête tout à fait. La salle est décorée d’un rouge bordeaux, avec de grands lustres pour éclairer le tout. Tout à gauche il y a une estrade avec les enfants de la paroisse, et à l’opposé, tout à droite, ce sont les adultes qui sont habillés d’une grande robe noire et rouge. Au centre on retrouve le traditionnel autel sur lequel sont disposées des coupes en bronze. Enfin, après avoir fait trempette le prêtre sort enfin. Il se sèche et revêt sa tenue légitime. Il commence par accueillir tout le monde, fait un discours sur les récentes innondations en Louisiane et annonce La QUÊTE !! Pour ne pas faire les gros radin, on dépose chacun un billet. Une fois terminé, les enfants de l’église commencent à chanter et c’est vraiment sympa. Il y a notamment une petite fille qui chante en solo, et c’est réellement impressionnant. Le rythme est vraiment entraînant, et les gens se lèvent et commencent à taper dans leurs mains. L’ambiance n’a rien à voir avec nos messes très rasoir. A la fin de la chanson, tout le monde se rassied. Le prêtre reprend la parole pendant un long moment, on ne comprend quasiment rien à ce qu’il dit. Déjà qu’on à du mal avec l’anglais mais là, les prières et le langage religieux on pédale carrément dans la semoule. A la fin de son discours, il souhaite la bienvenue à tous les étrangers (toutes les personnes non américaines) et nous demande de nous lever. Là, toute l’assemblée nous souhaite la bienvenue et tout le monde se serre la main. L’ambiance est très amicale et chaleureuse. Une fois que tout le monde s’est rassis, il reprend le micro et se remet à parler. Cette fois-ci encore, nous avons rien compris, seulement la fin de son discours qui dit à peu près ceci : La QUÊTE !! Encore !!!! Faudrait pas que ça devienne une habitude quand même. Cette fois ci, nous déposons simplement de la monnaie. On avait prévu une quête mais pas deux. Là, on regrette d’avoir donner autant la première fois. Enfin, c’est pour la bonne cause il paraît. Le prêtre reprend la parole et cette fois-ci ce sont les adultes qui se mettent à chanter. Encore une fois, nous sommes impressionnés par la qualité des chants, et l’ambiance est toujours aussi sympa. A la fin tout le monde se rassied, et arrive le moment du sermon. Apparemment, le sermon d’aujourd’hui sera fait par un prêtre venu d’un Etat voisin. Il dit qu’il va essayer de faire court. Et le voilà parti pour une bonne demi heure voire 45 min de sermon auquel on ne comprend absolument rien. Il parle à toute vitesse. Ceci dit, son discours est très vivant, il hausse le ton de manière très significative, par moment, et, de temps en temps, il parle très doucement. Au bout d’une vingtaine de minute, la fatigue de la veille aidant, on commence à piquer du nez. Mais pas question de s’endormir, faut pas abuser tout de même, nous sommes à l’église. Mais on remarque vite que ça ne dérange pas tout le monde, sur notre droite, un peu plus loin, une femme est en train de roupiller pendant le sermon. On en voit plus la fin, heureusement qu’il a dit qu’il ferait court !!! Lorsque enfin il termine, qu’est-ce qu’on voit arriver par le haut de la salle. Mais oui, c’est encore La QUÊTE. Une fois d’accord, deux fois à la rigueur, mais trois fois, il ne faudrait peut-être pas trop pousser. Cette fois-ci, nous ne donnons rien. De toute manière on n’avait pas prévu beaucoup de monnaie car on ne pensait pas qu’il pouvait y avoir trois quêtes dans une seule messe. Cette dernière quête sonne la fin de la messe mais, avant de partir, nous avons le droit à une dernière chanson chantée en chœur par les enfants comme les adultes. Il y a pas à dire c’est vraiment sympa. Finalement, nous sortons vers 11h. Nous reprenons le métro et nous décidons de nous arrêter à Central Park. C’est dimanche et il devrait y avoir de l’animation. Comme nous sommes à Harlem, nous entrons par le Nord, et nous redescendons par les berges du lac. Nous sommes impressionnés par le nombre de personnes qui courent autour de ce lac. On ne sait pas trop où nous allons mais nous marchons en suivant les chemins principaux. C’est dommage car le temps n’est pas génial, c’est couvert. Mais au moins il ne pleut pas.

Central Park 2.
Agrandir
Central Park 2.

Après deux bonnes heures de marche, nous nous arrêtons sur une petite place très sympa. Nous décidons de tester les fameux bretzels géants car on commence sérieusement à avoir faim. Finalement c’est n’est pas aussi bon que ça en à l’air, nous sommes un peu déçus, on s’attendait à mieux. Mais une chose est sur, c’est que ça cale très vite. On décide de repartir, mais cette fois-ci, on veut trouver le grand espace vert que l’on voit à la télé et où se retrouvent les gens. Une fois trouvée sur la carte où ça se situe, on fonce. Sur le chemin nous nous arrêtons une première fois pour écouter un petit groupe de Jazz installé dans le croisement de deux rues.

Jazz dans le parc.
Agrandir
Jazz dans le parc.

Un peu plus loin nous tombons sur une zone fermée par des barrières où évoluent des gens en rollers sur de la musique. Le spectacle vaut vraiment le coup d’œil, tous les styles sont représentés. De la patineuse quasi professionnelle au simple amateur qui se contente de faire des tours de piste, en passant par ceux qui viennent uniquement pour montrer leur corps, ceux qui tentent des figures sans oublier le type qui, habillé en collants rose comme dans les années disco et l’air d’une grande folasse. Il (ou elle je ne sais pas trop) tente de faire du roller en rythme, c’est vraiment tordant. Nous restons un petit moment à admirer la diversité de styles. En repartant, on se retrouve enfin dans le grand espace vert où beaucoup de monde est assis dans l’herbe, jouent au football américain, au frisbee etc...

Repos dans le parc.
Agrandir
Repos dans le parc.

Nous décidons de finir par le jardin entretenu par Yoko la femme de John Lennon.

Imagine.
Agrandir
Imagine.

Il est plus de 15h et, sur le chemin que nous empruntons, il y a de plus en plus de monde, que ce soit en roller, en vélos, à pied, en calèche et même en trottinettes. Une fois sorti de central park, nous prenons la direction de l’hôtel où notre limousine est censée nous attendre pour 18h.

Le temps de rentrer à pied, l’heure va vite arriver. On arrive finalement avec 10 minutes d’avance mais, cette fois-ci, le chauffeur est déjà là. Ca tombe très bien car on commençait à être un peu fatigué à force de marcher.


La limousine n’est pas des plus récentes mais tant pis, le plaisir est quand même là. A l’intérieur, fauteuils en cuir, bar et tout ce qu’on imagine, et même ce qu’on imagine pas.


La grande Limousine.
Agrandir
La grande Limousine.

Et c’est parti pour deux heures de limousines dans New York by night. On commence par remonter Park Avenue, et le chauffeur nous demande où l’on veut aller. Le fait est qu’on a déjà pas mal visité donc nous lui laissons le choix du circuit. Nous, nous déconnons un max derrière, c’est vraiment très fun.

Champagne à New York.
Agrandir
Champagne à New York.

Bien entendu on n’oublie pas de jeter un coup d’œil de temps en temps par la fenêtre pour admirer la vue. Au bout d’une heure, lorsque je regarde par la fenêtre, je crois reconnaître la rue, mais oui je ne me trompe pas, nous sommes déjà revenu à l’hôtel. Le chauffeur s’arrête et nous dis que la ballade est terminée. Nous lui faisons remarqué que, normalement, c’est prévu pour deux heure et pas une seule. D’après lui il n’a pas le temps, il a d’autres clients à aller chercher. Il remonte à toute vitesse dans sa voiture et part comme un voleur. Il n’a même pas pris la peine de nous demander un pourboire. Tant pis pour lui. Finalement c’est aussi bien comme ça, une heure de limousine et même pas un dollar à débourser, elle est pas belle la vie !!! En plus d’après lui on a vu tout ce qu’il y avait à voir donc, pas de regrets à avoir. De retour à l’hôtel nous nous mettons à la recherche d’un restaurant pour ce soir, et, on a décidé que ce serait Mexicain. D’après le guide, il y en a un très bon juste à côté du port dans le Financial district. Nous prenons les sacs et on décolle. Arrivés sur place en une petite demi heure, nous trouvons enfin le restaurant et, honnêtement, il n’inspire pas trop confiance. Il est perdu dans une rue sombre et l’ambiance est plutôt morte à l’intérieur. On peut tout de même voir un gars accoudé au bar avec sa mousse. Nous décidons donc d’aller jusqu’au port pour voir ce qu’il y a. Mais sur le chemin, je m’aperçois que je n’ai pas les clés qui ouvrent le cadenas du sac donc pas moyen d’accéder au portefeuille. On aurait été bien à la fin repas sans pouvoir payer. Retour à l’hôtel donc, et pendant le trajet en métro, nous feuilletons à nouveau le guide à la recherche d’un autre restaurant mexicain. Cette fois-ci notre choix se porte sur un resto dans Greenwich village. Arrivés sur place, le quartier est assez « space », dans le sens où il y a des magasins vendant des tenues et des gadgets sexuels, ce n’est pas trop l’endroit rêvé pour un resto. En fait nous trouvons le resto un peu plus loin, et il nous semble très sympa donc on fonce. Une fois installés, on commence par l’apéro, dernier soir à NYC oblige, puis nous commandons. Le repas est copieux, comme toujours, et très bon de surcroît. Il va bientôt être 22h et nous décidons de rentrer à l’hôtel car le programme du lendemain risque d’être chargé. Sur le retour, on se dépêche un peu car le quartier commence à être mal famé, il y a même un type qui nous propose de la drogue et des champis hallucinogènes. Nous déclinons l’offre très aimablement et on se dit qu’il est préférable d’accélérer le pas. Nous rentrons finalement entier à l’hôtel, le marchand de sable va pas tarder à passer.

Lundi 26 :

Ce matin, le réveil ne pose pas trop de problèmes, et nous sommes opérationnel à 9h. De toute manière on n’a pas trop le choix car nous devons libérer la chambre ce matin, c’est le jour du départ. Donc, nous rendons le badge à la réception et nous déposons les valises à la bagagerie. Aujourd’hui le programme est plutôt simple : ShoppingG. L’avion décolle à 21h donc on a une bonne partie de la journée pour faire des emplettes. Nous commençons donc par les magasins de touristes pour ramener des babioles typiques de là-bas, puis nous allons au Yankees Club House Sport. Leur magasin est vraiment super, pour les amateurs de l’équipe, il y tout ce qu’il faut aux couleurs des Yankees. Perso, j’adore cette boutique, mais il faut tout de même savoir que ce n’est pas donné (Un maillot officiel de Base-ball vaut 100$). Le midi on mange un sandwich rapidement pour ne pas perdre trop de temps. En début d’après midi nous passons à l’achat de fringues. Cependant, on pensait faire de bonnes affaires avec les fringues et on a été un peu déçus. Mais bon, tant pis ce n’était pas le but premier de notre voyage. Finalement nous sommes de retour à l’hôtel pour 15h30. Nous demandons un taxi pour aller à l’aéroport. Cette fois-ci, pas question de perdre du temps inutilement avec les navettes. Le temps de ranger tous les achats dans les sacs, qui ne ferment quasiment plus, et le taxi est déjà là. Cette fois, ça y est, le moment que nous redoutions tant est arrivé. Il est temps de quitter Manhattan pour l’aéroport JFK pour notre retour en France. Le trajet est assez rapide est pas si cher qu’on ne le pensait. Pour le trajet plus le péage et le pourboire, on s’en sort pour moins de 60$. Ca reste plus cher que le bus ou le métro mais au moins il n’y a pas de risque de se perdre, pas besoin de s’embêter avec les bagages qui pèsent trois tonnes et puis c’est plus rapide. Nous avons prévu d’être à l’aéroport pour 16h pour s’enregistrer en avance car lors du départ on n’a bien failli pas partir. Petit retour en arrière : lorsque nous sommes arrivés pour l’enregistrement au départ de Paris, l’hôtesse nous a prévenu qu’ils avaient fait du surbooking et que tous les passagers ne pourraient pas partir. Avec cin heures d’avance il ne restait déjà plus que 78 places disponibles. Donc, cette fois-ci, pas question de rester coincés à JFK pour attendre le vol suivant. Une fois l’enregistrement effectué, nous nous dirigeons vers la salle d’embarquement. Bien sûr on en profite pour faire un petit tour dans les boutiques Duty free. Cependant, une chose nous saute aux yeux. La salle d’embarquement est immense avec des sièges en cuir et de la moquette au sol. Ouah, c’est chic… C’est bizarre mais je ne me rappelle pas avoir vu ça en France. Une fois embarqués à bord de l’avion, nous décollons avec une heure de retard. La nuit s’annonce courte car on arrive à normalement dix heures française. On perd donc six heures de sommeil. Déjà qu’on est sur les rotules avec le périple New Yorkais, mais là ça va nous achever. Le retour en France est difficile, nous sommes de vrais zombis. Tout nous paraît si petit par rapport à NYC. C’est qu’on s’habitue vite à ces buildings. Notre voyage s’arrête là, j’espère que le récit vous a plu et qu’il donnera à ceux qui ne sont jamais parti l’envie d’y aller, et à ceux qui y sont déjà allés d’y retourner. C’est vraiment une ville fantastique, à faire et à refaire ABSOLUMENT ! Bon voyage à tous !!

Outils personels