Comment bien vivre le décalage horaire ?

Un article de WikiNYC, l'encyclopéde libre.

A l'aller, le décalage se fait un peu moins sentir, car on est en pleine excitation de la découverte !!

Par contre, au retour, prévoir deux jours de repos après l'arrivée, parce que généralement, c'est difficile. Par exemple, pour une arrivée le samedi matin, essayez d'éviter de reprendre le travail le lundi, sous peine de grosses boulettes dans les dossiers ;o) !! Mais bien sûr, chacun supporte différemment le décalage horaire !

Informations ajoutées par Doty en avril 2005


Effectivement le décalage horaire est plus facile en arrivant : on se réveille spontanément vers 6 ou 7 heures du matin ce qui nous laisse le temps de bien profiter de la ville.

Forcément le retour est plus dur (ajoutez à cela le fait que vous êtes dégoutés de rentrer !!!). Personnellement je n'ai repris le rythme local que lorsque j'ai repris le travail. J'avais une nuit blanche dans les jambes, des boulettes dans tous mes dossiers mais en rentrant le soir j'étais contente de me coucher après dîner. Le lendemain, le rythme était pris.

Le content dans l'affaire c'était mon fils car nous avons oublié de l'emmener à l'école à notre retour (nous nous sommes rendormis jusqu'à 9 heures et lui n'a rien dit. En même temps, il n'a que 3 ans et c'est un peu dur pour lui de s'auto discipliner...)

Informations ajoutées par Audrey en juin 2005


Je conseille de ne pas dormir dans l'avion. Autant à l'aller qu'au retour, si on est crevé on prend plus vite le nouveau rythme (6 heures de différence). Sur 4 voyages, j'ai comparé avec et sans sieste. La conclusion est claire: dur de resister au sommeil dans l'avion, mais ça vaut la peine de faire l'effort. Informations ajoutées par François en janvier 2008

Outils personels